LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Octobre 2006

 

Voir les autres mois:    Janvier 2006        Février 2006        Mars 2006    Avril 2006      Mai 2006  Juin 2006         Juillet 2006        Août 2006        Septembre 2006    

                                       Novembre 2006        Décembre 2006

Voir également les années précédentes:        Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Lundi 9 et mardi 10 octobre 2006

Matin

8°C

Après-midi

21
°C

 

Les températures que nous avons en ce début d'octobre sont très clémentes pour effectuer le second nourrissement au sirop qui clôturera la saison apicole. Les abeilles n'ont pas encore formé leur grappe d'hivernage et se promènent encore dans les nourrisseurs.

C'est la première année où je termine les nourrissements automnaux aussi tardivement. J'essaie de mettre en pratique les conseils que j'ai reçu de Monsieur Jos Guth lors de sa conférence à Paris au mois de janvier (voir le compte rendu des 2 journées avec Mr Jos GUTH). Lors de cette conférence, Monsieur Jos Guth conseillait de donner une dernière ration de sirop aux colonies vers le début du mois d'octobre afin que celles-ci puissent la stocker autour du nid à couvain. Les abeilles auraient donc cette réserve de sirop non loin d'elles et se fatigueraient moins à aller puiser dans les réserves qu'elles auraient fait auparavant.

Nous avons décidé, Vincent et moi, de mettre en pratique cette méthode dès le début de cette semaine. La météo nous annonçait une semaine ensoleillée et chaude. Nous sommes donc partis lundi matin avec la cuve pleine de sirop et la pompe chargées sur le Land Rover.

Au cours de cette matinée, nous avons nourri 200 colonies. Autant dire qu'à deux personnes, le nourrissement avance beaucoup plus vite. Nous soupesons les ruches et après chaque pesée, nous retournons le toit de la ruche sur le nourrisseur (comme le montre la photo ci-dessous). Ensuite en fonction du poids de celle-ci, nous mettons un repère visuel (caillou ou brin d'herbe) dans le nourrisseur afin de savoir si le nourrisseur doit être rempli entièrement ou de moitié. Par la suite, je n'ai plus qu'à remplir les nourrisseurs en me fiant à ces repères. Pendant ce temps, Vincent remet les toits en place et l'opération ne nous aura pris qu'une demi heure par rucher.

Nourrissement avec la pompe à sirop.  

Nous avons continué le même travail tout l'après-midi et donc visité et nourri 240 colonies. Les abeilles ne se faisaient pas prier pour venir prendre le sirop immédiatement dans le nourrisseur.

A la soupe ! 

La journée de mardi a ressemblé fortement à la journée précédente. J'ai donc pu finir de nourrir les colonies restantes soit un total de 258 colonies. J'ai également ramené deux ruches à l'exploitation, victimes de pillage.

Page d'accueil

 

Jeudi 12 octobre 2006

Matin

9
°C

Après-midi

22
°C

 

La douceur des températures se maintient et les abeilles en profitent pour rapporter à la ruche un maximum de pollen de lierre avant les prochains froids. Ce pollen est de couleur jaune / oranger.

J'ai pu observer un lierre bourdonnant d'abeilles aux heures chaudes de l'après-midi. Il est vrai qu'à cette époque de l'année, les abeilles n'ont plus beaucoup de choix dans les fleurs pollinières. Il n'y a plus que les moutardes et les lierres.

      Abeille sur fleur de lierre 

Le transporteur m'a appelé pour me confirmer l'enlèvement des fûts pour la semaine prochaine. Je dois donc procéder à l'étiquetage de chaque d'eux. Je dois faire figurer sur chaque fût: mes coordonnées, les coordonnées du destinataire, la variété florale du miel (toutes fleurs, luzerne, acacia, etc ...), le poids net et la mention "Récolté en France" qui est obligatoire.

J'ai également commencé la récolte de la propolis de grille en vue de satisfaire plusieurs commandes. La récolte de la propolis est longue, c'est pourquoi j'ai procédé au lavage d'une partie de la récolte pour pouvoir envoyer les colis au plus vite.

Propolis avant lavage  

Profitant de ce bel après-midi, je me suis rendue sur les 2 premiers ruchers que j'avais nourri pour la dernière fois de l'année, le 9 octobre. A vrai dire je m'y suis rendue avec une certaine appréhension car comme je l'ai dit récemment, c'est la première fois que je nourris mes abeilles aussi tard pour l'hivernage. Mais mon inquiétude était inutile car les abeilles en 3 jours de temps avaient vidé les nourrisseurs et se baladaient de nouveau dedans. J'espère que ce nourrissement tardif portera ses fruits pour le passage du prochain hiver.

 

Page d'accueil

 

Dimanche 15 octobre 2006

Matin

10°C

Après-midi

19°C

 

Encore une belle journée pour ce mois d'octobre mais cette fois-ci cette journée n'était pas réservée pour mes abeilles mais à la promenade en famille.

Nous sommes allés visiter la faïencerie de Passavant en Argonne, située à une vingtaine de kilomètres de Contault le Maupas. Cela vaut vraiment le déplacement, de nombreux objets sont à découvrir, en passant de l'assiette de table au vase, il y a de quoi trouver son bonheur. De plus la forêt d'Argonne entoure ce village et de nombreuses balades en forêt sont à faire. Les différentes couleurs de feuillage des arbres (orangé / rouge) donnent son aspect automnal à la forêt mais mieux vaut choisir un jour en semaine pour s'y promener car à cet époque de l'année, de nombreux chasseurs y sont présents.

            Atelier de poterie 

Au passage nous nous sommes arrêtés sur un des nombreux ponts qui ont été construits pour permettre le passage du nouveau tracé du TGV Est (voir le TGV Est en quelques chiffres et les divers aménagements prévus pour préserver la forêt d'Argonne ici).

 

Sa mise en circulation est prévue pour le courant de l'année 2007 et permettra de relier Paris à Strasbourg en moins de 2h20 au lieu de 4h pour un train Corail.

 

Page d'accueil

 

Mardi 17 et mercredi 18 octobre 2006

Matin

12°C

Après-midi

19°C

 

Le beau temps se maintient en ce milieu du mois d'octobre. Jusqu'ici nous n'avons pas eu à nous plaindre de la météo qui nous a permis d'achever des divers travaux apicoles de fin de saison.

J'ai donc profité du beau soleil de mardi après-midi pour apporter une dernière ration de sirop à mes ruchettes disposées en bloc de chaleur. Pour ces ruchettes, j'ai fait 3 passages au sirop à 15 jours d'intervalle car ce sont de petits nourrisseurs 6 cadres d'un contenance d'environ 3-4 litres.

J'ai encore une fois appliqué les conseils de Monsieur Jos Guth. L'hivernage en bloc de chaleur doit permettre à ces 5 colonies de maintenir une température constante entre elles.

Activité devant les entrées des ruchettes du bloc de chaleur                               Bloc de chaleur 

J'ai réalisé ce bloc de chaleur  au mois de juillet (voir archive du 15 juillet ici) avec 5 essaims d'abeilles disposées sur 6 cadres. Les reines de ces ruchettes sont de mon élevage, issues des lignées de Monsieur Jos Guth, comme toutes les reines que j'élève pour la vente des essaims artificiels. Je reste toujours très impressionnée par la vitesse de développement de ces essaims. Préparer avec seulement 2 cadres de couvain fermé + 1 cadre de provision, à la mi août les 6 cadres étaient occupés par les abeilles et par manque de place certaines avaient élu domicile dans le nourrisseur en plastique.

Par prudence, j'ai souhaité faire ce bloc de chaleur sur 5 colonies et non à plus grande échelle, du moins pour l'instant. Je souhaite déjà voir l'hivernage de ces colonies avant de me lancer à plus grande échelle. Si l'hivernage se passe bien, j'envisage à l'avenir de faire des essaims hivernés en plus des essaims artificiels faits en saison. La demande est forte dans ce domaine.

Comme je vous en avais déjà parlé la semaine dernière, le transporteur est donc passé enlever les fûts à l'exploitation, mercredi sur les coups de 18h.

Chargement des fûts. 

Le chargement a duré près d'une heure trente. Les fûts sont arrivés à bonne destination, le lendemain matin vers 5h. Que de place dans la grange !

J'ai reçu cette semaine le bulletin du mois d'octobre de L'Abeille Marnaise, bulletin publié par mon syndicat apicole. J'ai choisi de le mettre en ligne ici car il comporte des informations intéressantes sur les divers traitements antivarroa mais aussi le résumé de la journée sur les jachères apicoles qui s'est déroulée le 25 juillet dernier à Brasseitte dans la Meuse.

Le dernier clin d'oeil de la journée porte sur la découverte d'un petit hérisson. Il a pris pour habitude, chaque soir à la tombée de la nuit, de venir manger les restes de croquette de mes 2 chats. Il lui arrive même parfois de venir accompagné d'un autre de ses semblables. Je m'étais bien rendue compte que mes chats faisaient la tête devant leur bol de croquette (car comme dit le dicton "Qui s'y frotte, s'y pique !"). Mais de là à ce qu'un petit hérisson mène sa loi, j'étais loin d'y croire. Mais peu importe, il sera toujours le bienvenu à la gamelle, même si les chats pensent autrement !

Chacun fait ses réserves avant l'hiver comme il le peut ... 

 

Page d'accueil