LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Novembre 2008

 

Voir les autres mois:    Janvier 2008        Février 2008        Mars 2008        Avril 2008        Juillet 2008         Août 2008        Septembre 2008        Octobre 2008

                                       Décembre 2008

Voir également les années précédentes:        Année 2006        Année 2007        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Jeudi 6 et vendredi 7 novembre 2008

   

Page d'accueil

 

Jeudi 20 novembre 2008

Matin
 très nuageux
7
°C

Après-midi
très nuageux
8
°C

 

Temps très grisâtre depuis plus d'une semaine. Les matinées sont bien fraîches sans pour autant avoir des gelées. Un refroidissement des températures est annoncé pour samedi accompagné de gelées matinales et de neige (?). L'hiver arrive ...

Du côté des abeilles, c'est le grand calme ou presque. Je les dérange tout de même puisque j'ai débuté, depuis une semaine, le retrait de mes lanières Apivar. Je les avais mis en place il y a 10 semaines.

Pour les mettre en place et avoir le moins de mal possible à les retirer une fois le traitement terminé, je les place entre 2 cadres en formant une boucle. De cette façon au bout de 10 semaines, je n'ai plus qu'à tirer sur la pointe de plastique qui dépasse. La première année que j'ai utilisé les lanières Apivar, je les ai mise dans la ruche comme indiqué sur le paquet c'est-à-dire en essayant de faire tenir la languette de plastique sur la tête du cadre de corps. Dans les premières secondes cela tient mais très rapidement le morceau de plastique remonte de la tête du cadre et fini par tomber au fond de la ruche ... donc traitement inefficace. Depuis cette expérience, les autres années j'ai installé toutes mes lanières Apivar comme indiqué sur la photo de gauche. Je forme une sorte de coude et j'enfonce ensuite la lanière pour qu'elle arrive à hauteur de la tête du cadre de corps. Ainsi la petite languette en plastique ressort du cadre et de cette façon les lanières sont bien plus faciles à retirer en fin de traitement.

      

Les 6 et 7 novembre derniers, je suis allée aux journées d'étude de l'Anercea à Viviers dans l'Ardèche (voir programme plus haut). Les 2 journées portaient sur l'élevage des mâles. L'exposé le plus intéressant fut celui de Maria Bolt et de John Kefuss, apiculteurs à Toulouse. Ils nous ont exposé leur technique de sélection des lignées résistantes à varroa par méthode de comptage des varroas dans le couvain d'abeilles mais également sur les abeilles situées sur le couvain.

John Kefuss et Maria Bolt

En plus des tests hygiéniques que je vais réaliser en 2009, j'y intégrerai certainement cette méthode de comptage des varroas afin de sélectionner à l'avenir des lignées plus résistantes à varroa. Mais ceci ne se fait pas en un jour ...

Pour l'instant je suis en train de demander des devis pour me procurer de l'azote liquide ainsi que le réservoir pour pouvoir faire mes tests hygiéniques à l'azote en 2009. La méthode du couvain congelé est très bien mais demande beaucoup de manipulation et les abeilles auraient tendance à prendre le morceau de couvain congelé comme un corps étranger une fois remis en place. Leur comportement de nettoyage n'est donc pas le même qu'avec l'utilisation de l'azote. Avec l'azote liquide, le couvain reste en place. Seul inconvénient c'est le réservoir pour stocker l'azote liquide. Fabriqué avec des matériaux bien précis pour résister aux faibles températures, le prix d'un petit récipient de 10 litres s'élève aux alentours de 600 € HT. Il ne me reste plus qu'à comparer les devis et faire mon choix.

Un autre choix a été fait durant ma présence à Viviers. En effet l'entreprise Ickowicz se situait à une trentaine de kilomètres. Je m'y suis rendue dans le but d'acheter une machine à désoperculer. J'ai donc choisi ce modèle à lame vibrante avec guidage du cadre. La profondeur de coupe est réglable et la lame est chauffée électriquement par thermostat réglable. Avec ma presse à opercule (voir Matériel), je ne pouvais choisir que cette désoperculeuse qui coupe de grands morceaux d'opercules. Les modèles à chaînette ne permettent pas le bon fonctionnement de la presse car elles déchiquètent les opercules. Mes poignets étant fragiles et la présence de Vincent étant difficile en période de moisson m'ont donc poussé à cet achat.

Machine à désoperculer Léga

Pour finir cette page, je tiens encore une fois à remercier tous les apiculteurs (trices) et internautes pour leurs messages d'encouragement et le partage de leurs expériences au travers des différents dossiers que j'ai publié jusqu'ici. Dimanche dernier, le compteur de visiteurs a dépassé les 90 000 visiteurs. Un GRAND merci !

Quelques photos automnales de la plaine argonnaise:

Chevreuils       Champignon

Le site d'Eric Tourneret à visiter pour ces magnifiques photos en rapport avec l'apiculture: Le Peuple des Abeilles.

 

Page d'accueil

 

Jeudi 27 novembre 2008

   

Page d'accueil