LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Mars 2011

 

Voir les autres mois:        Janvier 2011        Février 2011

Voir également les années précédentes:         Année 2006    Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2010        Année 2012

 

Vendredi 18 mars 2011

Matin
très nuageux
5
°C

Après-midi
 
 11
°C

 

Beaucoup de choses ont été faites depuis mes dernières lignes écrites en février dernier.

Tout début mars, une troisième vérification des provisions a été faite et plusieurs colonies ont été complétées au candi. En ouvrant les ruches ont peu déjà apercevoir de belles plaques de couvain fermé. Dans l'ensemble les colonies sont belles et populeuses.

Malheureusement pour certaines colonies il fut trop tard malgré une surveillance régulière des provisions. Le soupesage des ruches est une bonne chose mais je pense que l'ouverture des ruches et le contrôle visuel des provisions est bien plus fiable surtout lorsque l'on dispose comme moi de ruches en bois et de ruches en plastique. Etant donné que toutes les ruches en bois n'ont pas été achetées chez le même fournisseur, certaines ruches sont plus lourdes que d'autres. Cela m'induit en erreur lors du soupesage et je me suis retrouvée avec des colonies mortes de faim en pensant que les provisions étaient encore bien là vu le poids de la ruche. Malgré tout je ne peux pas me plaindre car mes pertes hivernales sont de 4 %. Reste à attendre l'arrivée du printemps pour évaluer le pourcentage de ruches bourdonneuses ou orphelines.

Baptiste a tenu à m'accompagner sur les 2 après-midis d'un week-end. Nous avons bien travaillé car nous avons pu visiter 7 ruchers, soit un peu plus de 200 colonies. Lors de ces 2 journées les abeilles ramenaient à la ruche de nombreuses pelotes de pollen de noisetier, couleur jaune (voir photo de droite).

Baptiste distribuant du candi aux abeilles.           Abeilles et pelotes de pollen de noisetier.

Avant l'arrivée des 3 belles journées du 14 au 16 mars (journées à +16/19°C) nous avons décidé, Vincent et moi, de déplacer nos colonies restées sur la plaine et de les ramener sur les ruchers exposés près des saules marsaults. Nous avons donc remis en place la grue de transhumance sur le Defender.

Installation de la grue de transhumance sur le 4x4 à l'aide du Manitou.

Sur 2 journées c'est un peu plus de 160 colonies qui se sont retrouvées à butiner des fleurs de saule, plutôt que de contempler les plaines de Champagne sans un arbre.

Les trappes à pollen ont été posées lundi et mardi et la première récolte du pollen a déjà pu se faire grâce aux températures exceptionnelles (+19°C).

Pelotes de pollen de saule accrochées aux pattes des abeilles.       Triage du pollen de saule.

En cette fin de semaine, j'ai commencé à donner du Protofil mélangé à du sirop à une partie des colonies. Le reste des ruchers sera fait en début de semaine.

 

Page d'accueil

 

Dimanche 27 mars 2011

Matin

5
°C

Après-midi

18
°C

 

Ce printemps est de la pure folie !!! Autant  nous avons eu froid cet hiver et bien là c'est l'été avant même le printemps ... Les températures de l'après-midi ont atteint jusque 20°C vendredi. Les abeilles ne savent plus où donner de la tête tant il y a de fleurs à butiner et surtout de belles journées chaudes et ensoleillées pour les premières rentrées de nectar. De mémoire je ne me souviens pas d'une telle miellée sur la floraison des saules marsaults. Les ruches embaument le goût sucré de la fleur de saule et les rayons commencent à blanchir. C'est vraiment beau à voir !

Sur la tête des cadres de corps, le premier nectar.

Malgré le tout début de la floraison des premières épines, les abeilles continuent à se ruer sur les saules marsaults comme en témoigne la photo de gauche ci dessous où l'on voit bien la pureté de la récolte de ce pollen de saule. Avec la montée de ces températures, la Nature va bien vite à se développer. Plus de 50% des saules dans mon secteur ne sont pas encore totalement fleuris et les boutons des épines blanchissent à vue d'oeil. Contrairement à des printemps plus froids, la chaleur de ce début de printemps nous permet de faire une très belle récolte de pollen de saule et d'avoir des pelotes de pollen très grosses.

100% pollen de saule.         Floraison des épines.

Profitant de ces belles journées de soleil, je fais actuellement la visite de printemps de toutes mes colonies. Cela me permet de repérer les colonies orphelines ou bourdonneuses. Je les repère dans les ruchers et le lendemain je reviens dans le rucher pour réunir la population de la colonie orpheline avec une Mini Plus bien peuplée. Je reviendrai plus en détail sur ce point en essayant de faire un dossier sur cette méthode pour sauver une colonie orpheline.

Réunion d'une Mini Plus avec une colonie orpheline.

Vu le niveau de développement de certaines colonies et si la météo se maintient ainsi, je pense qu'en début de semaine prochaine je vais commencer à poser des hausses et aussi songer à poser des cadres à mâle à pondre dans les colonies que j'ai sélectionné pour mes prochaines inséminations. Tout un programme ...

 

Page d'accueil