Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
Zone de Texte: www.lesruchersdargonne.com
       

 LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Janvier 2012

 

Voir les autres mois: Février 2012        Mars 2012        Avril 2012         Novembre 2012         Décembre 2012          

Voir également les années précédentes:         Année 2006    Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Mardi 10 janvier 2012

Matin
très nuageux
7
°C

Après-midi

10
°C

 

Avant toute chose, bonne et heureuse année apicole et personnelle à tous !

Oui, mon absence fut longue et remarquée par plusieurs de mes fidèles lecteurs. Mais comme je l'avais souligné dans mes pages précédentes, la famille passe avant le journal. Ce n'est pas pour autant que j'en ai délaissé mes abeilles, bien au contraire. C'est pour cela que, disposant d'un peu de temps devant moi, je reprends l'écriture pour essayer de vous raconter dans les grandes lignes mon année apicole 2011.

2011 a été une année très précoce. Nous sommes sortis d'un hiver rigoureux à un printemps très chaud. Ou plutôt devrais-je dire nous sommes passés de l'hiver à l'été directement. Les hausses ont du être posées avec une quinzaine de jours d'avance par rapport à une année normale. Les enfants nous ont même donné un coup de main pour remplir les hausses de cadre en plastique vu que toutes les hausses bâtis étaient posées. Les cadres en plastique sont très bien acceptés par les abeilles et elles ne font pas la différence avec ceux en bois.

Etat des colonies fin mars 2011.            Théo et Baptiste prenant la pose.

La météo fut très clémente jusque fin mai. Ce qui nous a permis de commencer l'élevage très tôt en saison vu la précocité du printemps. Les greffages désormais ne se font plus qu'en Mini Plus et les résultats sont très satisfaisants. Les cellules royales sont ensuite introduites dans des Mini Plus orphelines et préparées 8 jours au préalable. Les reines fécondées de ces Mini Plus me servent ensuite à remérer les reines des ruches moins productives au printemps ou à faire des essaims artificiels pour répondre à la demande de mes clients.

Cadron de Mini Plus spécial élevage de reines.         Reines fécondées encagées dans des cages Nicot.

En matière d'élevage et de sélection, les cadres à mâle ont été introduits dans les ruches sélectionnées afin de pouvoir inséminer des reines fin mai et début juillet. Une soixantaine de reines ont été inséminées entre mai et juillet (voir mes pedigrees 2011 ici). C'est toujours une période de stress que d'entamer la période des inséminations car c'est un poste de plus qui se rajoute au travail de l'exploitation qui est déjà assez conséquent.

Cadre à mâle operculé prêt à rejoindre la ruche à mâle.

Cette saison j'ai embauché Anaël en tant qu'ouvrier saisonnier pour qu'elle me seconde dans les divers postes comme la récolte du pollen et le prélèvement des reines dans les nucléus. Après de multiples recherches, je pense avoir trouvé une personne très motivée et aimant travailler au contact des abeilles.

Le mois de juin a été quelque peu pluvieux ce qui a freiné un peu la miellée du tilleul. Mais malgré tout il nous fallait de la pluie vu la sécheresse du printemps.

Mi décembre, Vincent et moi sommes allés dans nos ruchers exposés au vent car plusieurs tempêtes ont été annoncées. Le vent a dépassé les 110 km/h. Malgré des toits de 105 mm de hauteur, dès qu'il y a un coup de vent de + de 70 km/h, les toits s'envolent. Nous faisons donc passer une ficelle entre chaque ruche pour éviter que le vent n'emporte les toits et les isoruches. Ainsi nos abeilles sont parées pour affronter la tempête ...

... mais malheureusement ce système de ficelle n'évite pas la chute d'un arbre !!!

Cet après-midi j'ai continué la tournée de mes ruchers afin de contrôler un peu l'état des provisions. Pour cela je soupèse chacune de mes ruches et celles qui me semblent un peu légère est ouverte très rapidement (pour ne pas refroidir la colonie) et je jette un rapide coup d'oeil pour voir si les cadres contiennent encore des provisions. Sinon je dépose un pain de candi d'un kilo sur la tête des cadres de la ruche et bien au dessus de la grappe d'abeilles.

A première vue les provisions sont encore bien là pour la première moitié des ruchers visités soit à peine 3% des colonies ont reçu un pain de candi. Aucune ruche morte à déplorer pour l'instant. J'espère que cela va se maintenir ainsi pour ce qui est des provisions car l'hiver 2011/2012 est tout le contraire de l'hiver 2010/2011. Nous n'avons eu pour ainsi dire aucune gelée, pas de neige cette année et les températures de l'après-midi oscillent entre +7°C et +9°C voir +13°C pour le 1er janvier 2012. Avec des températures pareilles, les abeilles ne sont pas en grappe dans les ruches comme en témoigne la photo suivante prise cet après-midi. Elles se baladent dans les nourrisseurs, se dégourdissent les ailes devant les ruches. Bref on se croirait au début du printemps.

Nourrisseur occupé par les abeilles.

 

Page d'accueil