LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Février 2010

 

Voir les autres mois:    Janvier 2010        Mars 2010        Avril 2010        Juillet 2010

Voir également les années précédentes:         Année 2006    Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2011        Année 2012

 

Lundi 1er février 2010

Matin

-3
°C

Après-midi

-1
°C

 

Toujours cet interminable hiver et encore de la neige ! On a comme le sentiment que cet hiver ne se terminera jamais. Une vague de froid est réapparue vers le 26 janvier mais Météo France nous annonce un radoucissement pour le milieu de la semaine. J'espère qu'il ne se trompe pas !

L'église de Contault le Maupas.

Avant cette vague de froid, j'ai soupesé une à une les ruchettes Mini Plus pour estimer l'état des provisions. Comme je l'imaginais, ce sont les Mini Plus hivernées sur un corps qui manquent le plus de provisions. Quelques Mini Plus hivernées sur 2 corps ont été également nourries mais de façon moins fréquentes que les ruchettes sur un corps.

Pour cela comme je les hiverne avec un nourrisseur de 2.5 litres qui sert aussi de couvre cadre, j'ai juste à déposer le morceau de candi sur la tête des cadres et à retourner le nourrisseur. Ainsi la Mini Plus est nourrie et refermée hermétiquement. Par rapport à l'an dernier j'en ai hiverné beaucoup moins sur un corps. Je pense que le prochain hivernage sera sur 2 corps car cela demande moins de surveillance. De plus je pense que sur 2 corps les abeilles ont un meilleur confort de vie car elles disposent de plus de place.

Nourrissement au candi d'une Mini Plus avec nourrisseur retourné pour refermer hermétiquement la ruchette. 

Profitant toujours des températures positives avant le retour du froid, j'ai fait un traitement de contrôle à l'acide oxalique pour vérifier l'efficacité de mes lanières Apivar (traitement anti varroa automnal). J'ai donc traité un rucher complet soit une vingtaine de ruches avec le mélange suivant:

  •  35 g d'acide oxalique dihydraté.

  •  500 ml d'eau chaude.

  •  500 ml de sirop chaud.

Il faut prendre quelques précautions lors du mélange c'est-à-dire bien mélanger l'acide oxalique avec l'eau chaude et surtout ne pas hésiter à remuer le mélange assez longtemps pour que les cristaux de l'acide oxalique se diluent bien dans l'eau. Si on ne mélange pas bien l'ensemble, on risque de se retrouver avec des dizaines voir des centaines d'abeilles mortes sur le plancher le lendemain du traitement. Donc une fois l'homogénéisation bien faite, on peut rajouter le sirop chaud et remélanger encore une fois. Le mélange doit arriver tiède au rucher pour une meilleure diffusion du mélange par les abeilles.

Traitement de contrôle à l'acide oxalique par dégouttement. 

Le mélange est fait dans une bouteille plastique d'un litre dont j'ai percé le bouton pour que je puisse retourner la bouteille et remplir ma seringue. A l'aide de la seringue, je répartis 5 ml d'acide oxalique par intercadre d'abeilles occupé, soit environ 30 à 35 ml par ruche. Ne pas oublier non plus le port de gants lors de l'utilisation du mélange. Prochainement je ferais un dossier récapitulant l'usage de l'acide oxalique.

Tout de suite après le traitement, je pose un lange graissé sous chaque ruche pour faire un contrôle visuel de la chute des varroas après 24h, 48h et 72h. Je repasse ensuite une semaine plus tard pour recontrôler une dernière fois les chutes de varroa.

Pose des langes graissés. 

Sur mes 20 ruches traitées à l'acide oxalique et après un contrôle visuel 24 heures plus tard, je n'ai trouvé qu'un seul varroa ! J'ai été très surprise du résultat car je m'attendais à en trouver entre 5 et 15 par ruche voir peut-être plus vu les rumeurs qui ont couru sur la baisse d'efficacité des lanières Apivar. En effet beaucoup de mails ont circulé sur le net disant que le varroa résisterait fortement à l'amitraze, molécule contenue dans les lanières Apivar. J'étais très stressée à l'idée que ce traitement ne fonctionne plus parfaitement car pour moi il reste l'un des meilleurs sur le marché actuellement. Certes le traitement à la ruche est chère mais depuis que j'utilise les lanières, mon hivernage n'est que meilleur et je ne me retrouve jamais avec des abeilles aux ailes déformées en début ou en fin de saison.

 

Page d'accueil

 

Vendredi 5 février 2010

Matin

6°C

Après-midi

8
°C

 

Ca y est les températures douces sont de retour depuis mercredi mais pas pour longtemps aux dires de Météo France. J'en ai donc profité pour faire le tour des ruchers avec l'aide de Vincent pour contrôler les provisions.

Cette année j'ai procédé de manière différente par rapport à l'an dernier c'est-à-dire que j'ai ouvert brièvement toutes les ruches pour constater la présence suffisante ou non des provisions. L'an passé je vérifiais toutes les colonies par soupesage mais j'ai eu la mauvaise surprise de retrouver des colonies mortes de faim alors qu'en les soupesant elles m'avaient l'air encore bien lourde.

Très peu de colonies ont été complétées au candi. Mais pour celles dont j'avais un doute, je leur ai mis un pain de candi d'un peu plus d'un kilo directement sur la tête des cadres pour qu'elles puissent tenir jusqu'aux beaux jours. J'ai fait un dossier sur le nourrissement au candi car vous avez été nombreux à me demander des conseils à ce sujet. Il est disponible ici.

Pose du pain de candi sur la tête des cadres de corps. 

Pour avoir fait le tour de l'ensemble des ruchers, je trouve que les colonies sont fortes en population et qu'elles sont encore bien pourvues en nourriture. Mes pertes hivernales s'élèvent à 0,6%. Toutefois il faut rester prudent car l'hiver n'est pas fini et le printemps encore loin quand on voit que l'on nous annonce de nouveau des gelées et de la neige pour la semaine prochaine.

En vue de l'arrivée de ma chaîne d'extraction au printemps prochain, j'ai commencé à gratter les têtes des cadres des hausses et à remplacer les vieux cadres de cire. Sur des hausses de 8 ou 9 cadres, ce sont en moyenne 2 cadres de hausse qui ont été remplacés par 2 nouveaux cadres cirés. Comme la chaîne d'extraction est équipée d'une machine à désoperculer, je remplace également tous mes cadres avec des têtes à pointe par des cadres à épaulement bois. Il y a peu de chance que ces cadres passent parfaitement dans la machine à désoperculer c'est pourquoi je préfère les mettre de côté. Toutes les hausses auront des cadres standards qui je pense me facilitera la tâche au moment de l'extraction.

Grattage des têtes des cadres de hausse.      Remplacement des 2 plus vieux cadres de hausse par 2 cadres de cire gaufrée. 

Dans un sens j'espère que l'hiver va durer encore un peu car j'ai de bonnes piles de hausse qui doivent être ainsi revues une à une ... Du travail en perspective !

Avec les vagues de froid successives, la végétation est quelque peu à la traîne par rapport à l'an dernier. Au mois de janvier 2009 les bourgeons de saule marsault étaient déjà blancs alors que sur la photo suivante ce n'est pas encore le cas. Quelques chatons de noisetier, avec les températures douces de ces derniers jours, en ont profité pour commencer à s'ouvrir et à fleurir.

Bourgeons de saule marsault. 

Le dossier concernant l'utilisation de l'acide oxalique est prêt, il est disponible ici.

 

Page d'accueil

 

Lundi 22 février 2010

Matin
 
 4
°C

Après-midi

13
°C

 

Temps clair et dégagé sur Contault le Maupas ce matin avec une belle journée printanière, agréable tant pour le moral de l'apicultrice que pour ses abeilles ! Les abeilles ont commencé à sortir des ruches vers 11h et n'ont pas cessé de se dégourdir les ailes jusque 16h.

Vue sur Contault le Maupas.    

Je me suis rendue aux ruchers en début d'après-midi. Les colonies sont très belles et j'ai pu observer de belles plaques de couvain. Les provisions ont été surveillées et quelques colonies ont reçu un pain de candi. Vu les températures printanières, certaines colonies occupaient tous les cadres et ça faisait plaisir de les voir en si belle forme !

Une ruche bien occupée.

Je ne sais pas si je pourrais bénéficier d'un si beau temps demain car Météo France nous annonce une perturbation très pluvieuse. Le printemps n'aura pas duré bien longtemps mais "peut-être" qu'en fin de semaine le soleil sera de retour. Aucune mortalité n'a été constatée sur les 4 ruchers visités.

Les matinées sont bien occupées avec le nettoyage des têtes de cadre de hausse et la pose de la cire gaufrée sur les nouveaux cadres de hausse.

Vincent est occupé à débroussailler les ruchers le matin pour ne pas perturber la sortie des abeilles l'après-midi.

Avec l'utilisation des 2 balances Capaz et cet hiver rigoureux, j'ai pu faire une estimation de la consommation des 2 colonies qui sont sur les balances. Par rapport à l'hiver 2008/2009, les colonies avaient consommé 5 kg de provision et cette année avec le froid, elles ont consommé entre 8 et 9 kg soit presque le double. Le froid y est pour beaucoup sur cette consommation car pour chauffer la ruche et donc les abeilles qui sont à l'intérieur, il faut bien consommer un peu de miel. A noter aussi que la consommation moyenne par semaine par colonie est de 400 g hors période de gelée et 700 à 800 g lors de grand froid.

Les oiseaux de mon jardin n'ont pas non plus été oubliés durant la rigueur de l'hiver. A la fin de l'été quand Vincent eut fini de moissonner ses tournesols, je suis allée ramasser quelques têtes de tournesol qui étaient tombées à terre après le passage de la moissonneuse. J'avais rempli plusieurs sacs et les avaient mis de côté pour pouvoir nourrir les oiseaux cet hiver. Cela a été un vrai succès par rapport aux boules de graisse que j'achète dans le commerce. Les têtes de tournesol étaient recouvertes de mésanges noires et bleues et aussi de moineaux. Une petite photo en souvenir ...

A gauche mésange noire, à droite mésange bleue.

 

Page d'accueil