LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Février 2008

 

Voir les autres mois:    Janvier 2008        Mars 2008        Avril 2008        Juillet 2008        Août 2008        Septembre 2008        Octobre 2008        Novembre 2008

                                       Décembre 2008

Voir également les années précédentes:        Année 2006        Année 2007        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Vendredi 1er février 2008

Matin

0
°C 

Après-midi

7
°C 

56 mm

 

Que d'eau ! Il n'a pas cessé de pleuvoir du matin jusqu'au soir inondant beaucoup de champs et faisant déborder les fossés. La pluie s'est même transformée en neige vers 16 heures. En une journée nous avons presque eu les précipitations du mois de janvier.

Champ de blé inondé

Je suis allée faire un petit tour dans mes ruchers mardi. J'ai du m'y rendre en quad car les chemins sont impratiquables en voiture du au gel et au dégel. J'ai pu prendre quelques clichés de très beaux chatons de saule. Leur développement très avancé s'explique par leur exposition à l'abri du vent et sur un versant sud. Ils seront certainement les premiers à fleurir à la mi mars.

Les autres clichés ont été réservés à mes abeilles. Le cliché de gauche est un aperçu de la grappe d'abeilles au travers du cabochon d'un nourrisseur en plastique Nicotplast. J'en ai profité pour soupeser les ruches en bois et les ruches en plastique. Pour l'instant je ne vois pas de différence entre les 2 matières. Les abeilles semblent très bien supporter l'hiver à l'intérieur des ruches en plastique et ne semblent pas plus consommer que les colonies dans des ruches en bois. Je dis bien "pour l'instant" je ne trouve pas d'inconvénient à ces ruches en plastique car l'hivernage n'est pas fini. Je vous tiendrai donc informer, dans les prochaines semaines, de la fin de l'hivernage et du développement des colonies dans les ruches en plastique Nicotplast. Je sais que vous êtes nombreux à vous poser des questions sur celles-ci, tout comme moi d'ailleurs car pour moi c'est une grande première !

Le deuxième cliché à droite est la vue d'une grappe d'abeilles sous le couvre cadre transparent d'une Mini Plus. Comme je vous l'ai dit ces derniers jours, je ne tenais plus de ne pas voir de près mes petites protégées. Donc sans les déranger et sans leur faire perdre quelques degrés de chaleur, j'ai soulevé le toit et le nourrisseur couvre cadre pour pouvoir les voir gigoter au-dessus de la tête des cadrons. Le couvre cadre transparent est une simple feuille de plastique qui permet de soulever le nourrisseur ou le toit sans emporter les cadrons avec et de déranger ainsi toute l'organisation de la petite colonie. Je consacrerai un dossier aux Mini Plus dans quelques temps et je reparlerai donc de cette feuille de plastique.

Grappe d'abeilles visible depuis le cabochon d'un nourrisseur en plastique Nicot         Grappe d'abeilles sous le couvre cadre transparent d'une Mini Plus

Hier après-midi, j'ai sorti mon appareil à inséminer et me suis fait un peu la main avec la seringue à inséminer. J'ai choisi de travailler, pour un tout début de pratique de l'insémination instrumentale des reines, avec des capillaires destinés pour l'insémination de 5 reines. J'ai donc fait quelques essais pour savoir combien de tour de piston de la seringue je devais faire pour délivrer environ 8 µl de sperme pour chaque reine. J'ai donc pu voir qu'il faut faire 3/4 de tour de piston pour obtenir cette dose. Evidemment cela aurait été plus simple de faire un tour complet mais avec les capillaires pour 5 reines, je dois donc me contenter de 3/4 de tour et ai donc fait un repère sur le piston pour savoir quand je dois m'arrêter.

Ensuite j'ai assemblé la bouteille de CO2 et le détenteur / manomètre et là je me suis rendue compte très vite qu'il y avait un problème. Le cadran de gauche représente la pression contenue dans la bouteille. Le cadran de droite correspond à la pression délivrée dans le tuyau qui est relié à l'appareil à inséminer pour narcoser les reines avant l'insémination. Le problème est, que lorsque j'ouvre le robinet de la bouteille de CO2, le cadran de gauche reste constamment à 0 et la pression est à son maximum dans le cadran de droite. J'ai donc essayé dans un premier temps de régler la vis en métal qui est à droite sur la photo de droite. En dévissant et en revissant cette vis, un bruit et un souffle anormal m'inquiétait. En effet à cette extrémité je pouvais sentir sur mes doigts le souffle du CO2 et entendre un bruit qui ressemblait trait pour trait à une cocotte minute sous pression.

Après m'être grattée la tête un bout de temps devant ce manomètre, j'ai donc préféré prendre mon téléphone et demander conseil à Mr Lerouge. Après explication, Mr Lerouge en a déduit à une malfaçon et m'a donc conseillé de lui retourner le manomètre / détendeur pour en faire échange. Je l'ai donc retourné par La Poste aujourd'hui. Je crois que j'ai eu bien fait de faire un essai avec ce nouveau matériel car je me serai très mal vu au mois de juin avec mes reines en attente d'être inséminées et ne pouvant rien faire faute de pouvoir les narcoser.

Détendeur / manomètre vue de face        

Samedi 26 janvier, j'ai participé  à l'Assemblée Générale de mon syndicat "L'Abeille Marnaise". Elle s'est tenue à Matougues à l'auberge des Moissons dans un très beau cadre. Je vous laisse parcourir leur site internet, il en vaut le coup d'oeil. Notre président, Charles BOUSSER, a tenu l'assemblée en nous résumant les points suivants:

                                                       - Résultats de l'année apicole 2007: bonne récolte au printemps, récolte d'été très mauvaise, état sanitaire de nos abeilles satisfaisant.

                                                       - Journée technique renouvelée au rucher école de Moiremont en collaboration avec le Syndicat Apicole de Vitry le François. Prévue pour le 2e ou 3e samedi de juin 2008.

                                                       - Continuité du bulletin apicole trimestriel.

                                                      - Continuité de la présence de notre syndicat "L'Abeille Marnaise" à la foire de Châlons en Champagne.

                                                       - Point de vue sur les OGM.

                                                      - Pertes hivernales, les différentes causes possibles: pesticides (Gaucho, Régent, Cruiser), nosema api et ceranae, le bol alimentaire et le manque de protéines, virus "israeli" découvert aux USA qui provient d'Australie avec des pertes de cheptel allant de 90 à 100%, contamination des cires, varroa).

                                                      - Traitement varroa: 3 produits avec AMM (Apistan, Apivar et Apiguard). L'acide oxalique par égouttement. Voir également le site suisse Liebefeld.

Pour finir une petite photo sur une des espèces d'oiseaux qui peuple mon jardin: la mésange bleue. Je leur donne chaque hiver des boules de graisse que j'accroche aux fenêtres de ma maison. Je sais très bien qu'elle raffolent aussi des insectes et en particuler mes abeilles mais que voulez vous on ne va tout de même pas exterminer ce si belle oiseau ... Je pensais également qu'elles ne mangeaient que des abeilles vivantes et bien non ! Lorsque les températures sont un peu plus clémentes en hiver et que les abeilles évacuent les abeilles mortes, je vois les mésanges en soirée venir se nourrir de ces cadavres tombés dans l'herbe à proximité des Mini Plus. Elles sont généralement accompagnées de pies.

Mésange bleue

La barre des 40 000 visiteurs a été franchie le 31 janvier. Encore un grand merci pour tous vos témoignages de sympathie. A bientôt ...

 

Page d'accueil

 

Vendredi 8 février 2008

Matin
très nuageux
-2
°C

Après-midi

13°C

 

Superbe journée pour moi et mes abeilles. La matinée commença par un ciel bleu entièrement dégagé. Les +13°C furent atteints vers 13h30. On n'avait pas eu cela depuis un bout de temps au niveau température. Météo France maintient ces températures jusque mardi prochain.

L'euphorie régnait dans les ruchers et dans mon jardin. J'ai donc pu jeté un petit coup d'oeil dans les nourrisseurs planchers de mes Mini Plus et là surprise ! Un collègue m'avait dit que durant l'hiver les planchers nourrisseurs se transformaient au niveau du réservoir en vrai bouillon de culture ... il avait raison comme on peut le voir sur la photo qui suit !

Bouillon de culture

La Mini Plus, en elle même, est très bien pour les micro colonies. Mais le confinement des abeilles durant l'hiver forme de l'eau de condensation qui ruisselle le long des parois de la Mini Plus et remplit donc le compartiment nourrisseur. A cela vient s'ajouter les abeilles mortes et les déchets de cire et de pollen de la micro colonie.

Je me suis donc contentée de vider ces nourrisseurs et je prévois de les changer au début du printemps pour pouvoir les laver et les désinfecter. J'ai plusieurs planchers de Mini Plus d'avance, l'opération sera donc possible sans perturber les petites colonies. Je n'ai pas voulu le faire maintenant car l'hiver n'est pas encore fini et les planchers seront encore très sales dans les semaines à venir.

Dans un tel cas, les abeilles n'avaient pas l'air de souffrir de cette situation. L'activité était forte devant les entrées et les pelotes de pollen de noisetier, accrochées aux pattes des abeilles, abondantes.

               Belle activité devant les Mini Plus               

Les 6 et 7 février derniers, je suis allée à Saint Flour dans le Cantal aux journées d'étude de l'ANERCEA. Saint Flour est une petite ville magnifique surtout la ville haute car les maisons sont en vieille pierre basaltique qui donne un côté rustique que j'adore.

J'étais partie en compagnie de Stellie, une future jeune apicultrice, qui était venue faire un stage sur l'exploitation apicole l'été dernier. A notre arrivée à Saint Flour, nous avons fait le tour des ruelles dans l'idée de trouver une bonne table pour goûter aux spécialités du Cantal (rouelles de Tripou, Pounti, Aligot, etc ...). Autant dire que ces bons plats ne peuvent pas être prescrits dans le cadre d'un régime !

La ville haute de Saint Flour                Ruelle de Saint Flour avec ses maisons en pierre basaltique

2 intervenants étaient présents lors de ces journées. A gauche, Jean-Pierre Chapleau, apiculteur au Québec, sélectionneur / multiplicateur et producteur de miel, travaillant sur un cheptel de 1000 colonies et 2300 nucléi. Jean-Pierre fait de la sélection massale, ne pratique pas l'insémination instrumentale mais dispose d'un environnement très isolé au Québec pour pouvoir faire des stations de fécondation. Les hivers au Québec sont très froid (-25°C, -30°C). Le printemps ne commence que début avril et les gelées matinales peuvent durer jusqu'en juin. Il pratique 2 types d'hivernage, un en caveau comme Pierre Faure au Canada et un autre en extérieur pour ces colonies de sélection. Il nous a également parlé de son programme de lutte intégré contre le varroa à l'aide de l'acide formique. Plus de renseignements à ce sujet sur son site internet Les reines Chapleau.

A droite Dominique Micheletto, apiculteur installé à Chypre depuis 25 ans, dispose d'un cheptel de 150 colonies et de 900 nucléi. Son exploitation s'équilibre entre production de miels de crus (oranger, eucalyptus) et productions de reines origine Frère Adam. Il travaille également à la mise en place d'un conservatoire de l'abeille chypriote. Les 2 exploitations présentées ne se ressemblent en rien au niveau climatique. Dominique doit faire face à la chaleur (climat méditerranéen oriental) avec des pointes de chaleur allant jusqu'à +48°C en plein été. Le manque de précipitation sur l'île est également très important notamment cette année avec aucune pluie depuis mai 2007. Dominique pratique l'insémination instrumentale et l'élevage des mâles.

         

Ces 2 journées furent très enrichissantes au niveau des connaissances mais aussi des contacts entre apiculteurs de tous les coins de la France.

Dominique Micheletto et Jean-Pierre Chapleau sont des personnes très accessibles et cela m'a fait plaisir d'échanger quelques mots avec eux en toute simplicité. Un grand merci à eux pour être venus nous expliquer leurs façons de travailler et leur passion pour l'abeille.

Pour finir cette page, un nouveau dossier consacré au revêtement de sol de la miellerie.

 

Page d'accueil

 

Mercredi 13 février 2008

Matin
très nuageux
-1
°C

Après-midi

8
°C

 

Baisse des températures de 5°C comparé à la journée d'hier. Cela se ressentait vraiment étant donné que jusqu'à aujourd'hui et depuis plus d'une semaine les températures de l'après midi tournaient autour de +13°C.

Personnellement je préfèrerai que les températures soient un peu moins clémentes à cette époque de l'année, je m'explique. Si nous restons avec cet anti-cyclone au dessus de nous pour les semaines à venir et surtout avec des températures de +13°C, les saules marsaults vont commencer à fleurir. Etant donné que j'ai posé mes trappes à pollen en 2007 le 3 mars, je me vois très mal les poser maintenant. Il y avait déjà 3 semaines d'avance sur la floraison des saules marsaults en 2007, alors là il faudrait que Dame Nature se calme un peu même si nous avons tous apprécié ces jours de douceur. Comme le montre la photo suivante, certains saules commencent déjà à fleurir.

Saule marsault en fleur le 13 février !

Au journal télévisé de mardi, un record de chaleur a été enregistré à Charleville Mézières avec +16°C. Les prévisionnistes avancent que les 3 prochains mois seront les plus chauds de l'année ... tiens, tiens cela ne vous fait pas penser à 2007 !? J'espére que les températures vont revenir à la normale et que tout ne fleurisse pas d'un coup comme au printemps 2007. Nos abeilles n'auront plus de quoi se nourrir pendant l'été, triste été !

Je fais donc, depuis le début de semaine, le tour de l'ensemble de mes ruchers pour voir si le poids de mes ruches à changer. Sur environ 300 colonies soupesées, je n'ai nourri qu'une seule colonie qui me semblait légère d'autant plus que celle-ci était logée dans une ruche en plastique. La ruche en plastique n'étant déjà pas bien lourde et pouvant soulever très facilement cette ruche, je me suis dit qu'il valait mieux lui mettre un pain de candi de 2.5 kg sur la tête des cadres. Toutes les colonies sont encore très lourdes à cette époque.

Estimation des provisions par soupesage des ruches

Hier après-midi dans un rucher bien exposé au soleil et avec +13°C, j'ai ouvert quelques colonies pour voir l'état de la reprise de ponte. Il semblerait que les colonies F1 sont plus en avance au niveau du couvain car elles possèdent déjà 2 belles plaques de couvain fermé en avant de l'ouverture de la ruche. Les F2 sont tout juste en reprise de ponte avec également 2 belles plaques d'oeufs fraîchement pondus.

Une dernière photo de mes abeilles en rang à l'abreuvoir d'un rucher cet après-midi malgré les +8°C. Les porteuses d'eau s'activaient devant le récipient pour rapporter à la ruche l'eau nécessaire à leur consommation et au besoin de l'élevage des larves d'abeilles.

Les porteuses d'eau à l'abreuvoir

Ce matin, je suis allée rechercher mon tracteur Kubota qui était allé faire une petite révision et vidange pour l'arrivée du printemps. J'en ai profité également pour commander un désherbeur thermique et ainsi mettre fin à mon usage de chlorate de soude pas très "respectueux de l'environnement". J'en ai commandé un où l'on peut adapter une petite bouteille de gaz type "Twiny" car je me voyais mal me promener dans le rucher avec la grosse bouteille de gaz de plus de 15 kg. Plus de détails sur cet appareil dans ces prochains jours ...

 

Page d'accueil