LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Décembre 2008

 

Voir les autres mois:    Janvier 2008        Février 2008        Mars 2008        Avril 2008        Juillet 2008        Août 2008        Septembre 2008        Octobre 2008

                                       Novembre 2008

Voir également les années précédentes:        Année 2006        Année 2007        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Vendredi 5 décembre 2008

Matin

5
°C 

Après-midi

8
°C 

56 mm depuis le 30/11

Temps hivernal depuis une dizaine de jour avec un "léger" radoucissement des températures depuis dimanche. Quand je dis "léger", c'est que le thermomètre est juste au dessus de 0°C.

La semaine dernière nous avons eu droit à nos premiers flocons de neige au plus grand bonheur des enfants ! Ils ont pu faire leurs premiers bonhommes de neige. Depuis dimanche, il ne cesse de pleuvoir avec un cumul des précipitations de 56 mm. Les températures sont plus douces depuis jeudi.

Les chemins menant aux différents ruchers sont gorgés d'eau rendant l'accès très difficile lors des visites hivernales. La journée de jeudi a été la pire des journées, il n'a fait que pleuvoir du matin au soir. Je préfère voir tout de même cette pluie tombée maintenant plutôt qu'au mois de mars ou avril comme cette année. Le printemps 2008 n'a pas été très favorable au développement des colonies.

22 novembre: premières tombées de neige !

Un petit retour en arrière au mois de mars où j'avais été invitée par le CARI en Belgique pour présenter mon exploitation apicole et la production de pollens frais et de propolis de grille. Un article est paru pour résumer cette journée dans Abeilles et Cie n°123.

En plein exposé ! 

Actuellement nous sommes, Baptiste et moi, en plein préparatif pour la production d'essaims artificiels pour 2009. Nous préparons les cadres de corps. Chacun a son petit poste: j'installe la feuille de cire gaufrée dans la rainure du cadre et Baptiste a pour fonction de fixer la feuille de cire gaufrée aux fils du cadre à l'aide d'un transformateur. Baptiste travaille comme un vrai petit chef à tel point que l'on a augmenté notre cadence de production. La cire est vraiment bien fixée sur le cadre et il a compris le truc du premier coup sans faire traverser la cire sur le fil. Maintenant je suis même "obligée" de venir préparer des cadres avec lui les mercredis, samedis et dimanches tellement il en a pris goût. Je trouve ça chouette, une bonne ambiance règne dans l'atelier et cela donne plus d'en train à travailler pour Baptiste comme pour moi !

Mise en place de la feuille de cire gaufrée dans la rainure de la tête du cadre.      Baptiste, à la fixation de la cire gaufrée sur les fils du cadre à l'aide du transformateur.

En semaine lorsque l'on a préparé assez de cadres de corps gaufrée, je prépare les ruchettes 6 cadres et les ruches dans lesquelles seront faits les prochains essaims artificiels.

J'ai également compléter le dossier que j'avais fait sur le nettoyage des protèges cellules. Comme j'élève beaucoup de reines, à la fin de la saison j'ai un grand nombre de protèges cellules et de bigoudis à nettoyer. Une méthode bien efficace est donc expliquée dans ce dossier pour les grandes quantités.

Bientôt la fête de la St Ambroise le 7 décembre, patron des apiculteurs. Bonne fête à tous les apiculteurs et apicultrices!

 

Page d'accueil

 

Mardi 9 décembre 2008

Matin
 très nuageux
-4
°C

Après-midi

1
°C

 

Après la pluie, la neige est de retour depuis 16h cet après-midi. 5 bons centimètres sont tombés en l'espace de deux heures. Les températures négatives sont arrivées hier matin. Cette fois-ci, la neige a l'air de vouloir tenir ce qui ne m'arrange pas vraiment. Je dois effectuer une livraison de pollens demain matin en Meurthe et Moselle et je crois bien que je vais devoir reporter ma livraison. Nous nous sommes plaints de ne pas avoir d'hiver et de neige durant l'hiver 2007 / 2008 et bien maintenant nous sommes servis !

Le devant de la maison recouvert de neige.

Pendant que la neige tombait, j'ai fait un dossier sur le stockage des hausses. En effet vous avez été nombreux à me demander comment je stockais mes hausses durant l'hiver et surtout comment je luttais contre l'installation de la fausse teigne dans les cadres des hausses. Le tout est expliqué en images, ici.

 

Page d'accueil

 

Dimanche 14 décembre 2008

Matin
 très nuageux
2
°C

Après-midi
 très nuageux
4
°C

 

Pour info, un article paru le 13 novembre 2008 dans LE FIGARO VERT sur le devenir peu certain de la luzerne en Champagne. A l'heure où l'on parle de préserver la biodiversité, la faune, la flore et de trouver des ressources plus abondantes de pollen et de nectar, la seule source de nectar l'été en Champagne va peut-être disparaître. Bonne lecture et à bientôt !

 

La culture de la luzerne menacée par Bruxelles

Marc Mennessier
 

Contrairement à d'autres cultures, la luzerne n'a pas besoin d'engrais azotés, en particulier les fameux nitrates qui polluent les nappes et les cours d'eau. Crédits photo : Ed Young/AGStock-REA

Cette plante riche en protéines, aux vertus écologiques indéniables, est indispensable à la mise en œuvre du «Grenelle de l'environnement».

La luzerne va-t-elle disparaître des campagnes françaises et européennes ? La proposition de la Commission de Bruxelles visant à remettre en question l'aide à la production dont bénéficient les agriculteurs, via les entreprises de déshydratation qui transforment la plante en granulés destinés au bétail, suscite une vive émotion y compris de la part d'associations de protection de la nature, comme le WWF ou la Ligue pour la protection des oiseaux.

C'est que cette légumineuse riche en protéines - dont l'Europe, obligée d'importer du soja, est déficitaire à 75 % - a aussi des vertus écologiques indéniables. «La luzerne répond totalement au cahier des charges du “Grenelle de l'environnement”. Si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer», s'insurge Jean-Pol Verzeaux, le président de Coop de France Déshydratation. De fait, grâce à une bactérie (Rhizobium meliloti) qui colonise ses racines, la luzerne n'a pas besoin d'engrais azotés, en particulier les fameux nitrates qui finissent dans les nappes et les cours d'eau. Mieux, elle en fournit à la culture suivante, ce qui en fait une excellente «tête d'assolement», comme disent les agronomes.

Ainsi l'agriculture biologique, qui selon les objectifs du «Grenelle de l'environnement» doit représenter 20 % de la surface agricole en France en 2020, est inenvisageable sans une plante comme la luzerne. En outre, du fait de sa sobriété, cette culture ne peut que contribuer à réduire de moitié en dix ans l'usage des produits phytosanitaires, également prévue par le «Grenelle».

La luzerne, dont les racines descendent jusqu'à plusieurs mètres sous terre, est, en outre, la seule plante de grande culture recommandée par les agences de bassin pour protéger les zones de captage d'eau potable. «Que se passera-t-il si elle disparaît ?», s'inquiète Daniel Yon, administrateur de l'Agence Seine-Normandie en citant le cas de la Champagne qui abrite 80 % des surfaces françaises de luzerne déshydratée (85 000 ha au total) et dont «la nappe phréatique alimente Paris en eau potable».

Refuge de nombreuses espèces

Enfin, cette plante mellifère est une bénédiction pour les abeilles dont les populations sont mises à mal depuis quelques années. Implantée pendant quatre à cinq ans sur la même parcelle, elle sert également de refuge à de nombreuses autres espèces animales petites et grandes.

Quelle mouche a donc piqué la Commission européenne ? En fait, l'exécutif bruxellois veut tout simplement profiter du «bilan de santé» à mi-parcours de la politique agricole commune sur l'exercice 2006-2013 pour généraliser, dès 2010, le «découplage» des aides. Autrement dit, passer d'un système de soutien à la tonne produite à une dotation indifférenciée calculée en fonction du nombre d'hectares de l'exploitation. «Or, sans cette incitation à cultiver de la luzerne, les agriculteurs se tourneront vers des productions plus rentables comme les céréales ou les oléagineux», explique Jean-Pol Verzeaux qui s'attend à voir les surfaces chuter de 80 %.

Déjà, en 2003, la baisse de moitié du montant de l'aide à la production (passé de 66 à 33 € par tonne) avait entraîné une chute de 25 % des superficies. La filière demande donc le maintien jusqu'en 2013 du dispositif actuel, le temps que son plan d'économies d'énergie (la déshydratation consomme énormément) et la recherche de nouveaux débouchés lui permettent d'être compétitive vis-à-vis du soja américain ou brésilien.

«La France soutiendra cette demande», assure-t-on au ministère de l'Agriculture. D'autres pays producteurs de luzerne comme l'Espagne, l'Italie ou l'Autriche devraient lui emboîter le pas.

 

Page d'accueil

 

Mardi 30 décembre 2008

Matin

-6°C

Après-midi

1
°C

 

Les températures sont devenues bien froides depuis le 24 décembre avec des gelées allant jusque -7°C le 29 décembre dernier. L'hiver est maintenant bel et bien là et le vent permanent donne un ressenti très saisissant. Les après-midis ne sont guère plus chauds car le mercure arrive péniblement à +1°C. Rien à voir avec les températures de décembre en Nouvelle-Calédonie où un internaute me souhaitait un joyeux Noël avec +33°C au thermomètre ! Quelques degrés venus de Nouvelle-Calédonie ne nous feraient pas de mal !!! En fin d'après-midi vers 17h, une pluie verglaçante est tombée sur Contault rendant les trottoirs et les routes difficilement praticables ... Météo France ne s'était pas trompé !

A la mi décembre, j'ai fini de préparer les ruchettes 6 cadres et une partie des ruches 10 cadres pour faire des essaims artificiels pour la saison prochaine. Sur la photo suivante (de gauche à droite), les ruches 10 cadres sont préparées comme suit:

                                 - 3 cadres de cire gaufrée.

                                 - 1 cadre de miel.

                                 - 2 cadres de cire gaufrée qui seront remplacés par 2 cadres de couvain fermé couverts d'abeilles.

                                 - 1 cadre bâti.

                                 - 3 cadres de cire gaufrée.

Ruche Dadant 10 cadres prête pour un essaim artificiel.

J'ai changé ma façon de les préparer car avant je mettais le cadre de provision en rive (voir archives de 13 mars 2006). Je me suis rendue compte que cette façon de les préparer était une perte de temps en saison. En effet plus l'essaim se développait et plus il fallait le recentrer dans la ruche pour qu'il se développe de façon harmonieuse. Maintenant les cadres de couvain arrivent immédiatement en position centrale et l'essaim artificiel peut se développer de part et d'autre de la ruche. Une cinquantaine de mes reines hivernées en Mini Plus se retrouveront dans ces ruches au printemps prochain pour palier à d'éventuelles pertes hivernales qui j'espère seront peu nombreuses.

Depuis, peu de travail à l'atelier a été réalisé. La grippe puis la bronchite ont fait en sorte que tout travail à l'extérieur était proscrit. Je suis donc restée chez moi durant ces 15 derniers jours de décembre. Cela m'a permis de préparer de petites friandises pour le repas de Noël. J'ai donc eu le temps de fouiner sur le net pour trouver un dessert original en plus de la fameuse bûche de Noël. J'avais préparé un assortiment de macarons dont des macarons au pain d'épices et je dois dire que l'on s'est régalé. La recette est en ligne sur le site Pure Gourmandise et vous y trouverez plus de 60 recettes de macarons qui seront surement à votre goût.

Macarons avant cuisson.     Macarons fourrés au pain d'épices

A noter une petite modification au niveau des photos sur le site, j'ai inscrit une signature avec l'adresse du site sur chacune d'elles ceci pour éviter de retrouver des photos de mon site sur le net sans mon accord. Que des personnes me demandent de pouvoir les utiliser, là je suis d'accord mais les utiliser sans mon avis, c'est différent. Tout le fichier "images" est donc en plein travaux ...

Je voulais revenir sur l'hivernage des Mini Plus avec le filet de protection contre les attaques de pic vert. En effet comme je vous l'ai déjà dit, les Mini Plus sont faites dans des matières très tendres et donc sensibles aux attaques de ce volatile. Mon deuxième rucher de Mini Plus, très éloigné de la maison, est équipé de ces filets. Le seul petit inconvénient est que les portoirs restent très encombrés d'abeilles mortes qui ont été sorties par les abeilles nettoyeuses. De chez moi je peux observer en plein hiver, le va et vient très répété des mésanges qui sont très friandes de ces cadavres d'abeilles sur les portoirs. Or ici du à la présence du filet, les mésanges ne peuvent pas venir faire le ménage ! Mais il faut savoir ce que l'on veut ! Un petit dossier a été mis en ligne à propos des oiseaux que j'observe dans mon jardin.

Portoir de Mini Plus couvert de cadavres d'abeilles du à la présence du filet de protection.

J'ai été livrée ce matin de mon récipient pour stocker de l'azote liquide en vue de faire mes tests hygiéniques sur les reines origine Frère Adam que j'ai inséminé la saison passée. Je pense que l'utilisation de l'azote liquide me fera gagner un temps précieux (surtout en saison !) car je ne serai plus contrainte de découper des carrés de couvain dans les cadres des ruches sélectionnées. En plus du récipient j'avais commandé un canistar (une louche) pour avoir plus de faciliter à verser l'azote sur le couvain d'abeille fermé mais elle ne m'a pas été livrée. J'appellerai Air Liquide dans les prochains jours à ce sujet. Le récipient fait 4 kg et a une contenance de 10 litres. Il m'a été livré avec un CD-Rom d'explication sur les précautions à prendre pour le stockage et la manipulation de l'azote liquide. Je le visionnerai dans les prochains jours.

Récipient pour le stockage de l'azote liquide.

Ce sera donc la dernière page du journal de l'année 2008 et à cette occasion je tiens d'une part à vous remercier pour tous vos mails et messages de soutien et aussi à vous souhaiter à tous et toutes une bonne santé et une bonne année 2009 en espérant que celle-ci apporte à nos abeilles de belles et chaudes journées ensoleillées et des fleurs par milliers !!!

 

Page d'accueil