LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Août 2006

 

Voir les autres mois:     Janvier 2006        Février 2006        Mars 2006    Avril 2006  Mai 2006  Juin 2006         Juillet 2006    Sept. 2006    

                                        Octobre 2006        Nov. 2006        Déc. 2006

Voir également les années précédentes:        Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2010           Année 2011        Année 2012

 

Mardi 29 août 2006

Matin

12
°C

Après-midi

15°C

Pluviométrie

8 mm

 

Quoi de neuf depuis le 24 juillet ? Et bien la miellée de luzerne s'est stoppée nette à partir du 4 août en raison d'une chute des températures et de l'arrivée des précipitations qui étaient tant attendues pour certains. Malheureusement j'étais loin de m'imaginer que ce temps froid et maussade allait perdurer pendant tout ce mois d'août.

Toutefois la canicule de juillet m'a permis de remplir de quelques fûts ce que je n'imaginais pas faire après la récolte médiocre sur le colza. Comme quoi rien n'est joué en apiculture !

M'étant mis à jour au niveau des extractions du miel de luzerne (toutes les ruches disposant d'une hausse à remplir), j'ai décidé de faire une pose le temps d'une semaine dans les Alpes, à Valmeinier en Savoie. Semaine en famille, avec des paysages grandioses et une gastronomie très riche ...

De retour depuis le 19 août et n'ayant pas ramené le soleil avec moi, je me suis affairée à poser mes réductions d'entrée sur toutes les ruches, que ce soit les ruches de production ou bien les essaims artificiels. Les luzernes ne sont plus en fleur et les abeilles sont quelque peu nerveuses du fait du manque de nectar à récolter. Et puis nous arrivons tout de même à la fin de la saison apicole donc mieux vaut être prudent afin d'éviter les pillages.

Pose des réductions d'entrée 

Je pose donc mes réductions d'entrée avant de retirer les dernières hausses car j'imagine que les abeilles à ce moment précis guetteront les colonies voisines afin de profiter de la faiblesse de certaines pour récupérer le précieux miel stocké à l'intérieur des ruches.

Il faut dire aussi que depuis mon retour de vacances, le temps se prête franchement à ce genre de travail car il m'est impossible (en raison de la météo) de retirer les hausses. Soit il pleut ou il fait trop froid pour ouvrir les ruches et souffler les abeilles des hausses. Mais je ne désespère pas car il devrait refaire plus chaud à partir de demain (j'espère !).

En début de mois, j'ai également passé commande de mes lanières Apivar en vue de traiter mes colonies contre le varroa. En passant par l'intermédiaire du regroupement des syndicats apicoles de la Marne, je bénéficie d'une réduction sur ce produit. Mais la facture reste tout de même salée. Le coût par ruche est de 2,70 €.

Malgré le prix, je reste très satisfaite de l'utilisation de ce produit. Avant j'utilisais un furet (fogger) et pulvérisais de l'amitraze (même molécule que l'Apivar) par l'entrée de la ruche. Mais ce procédé, me semble-t-il, stressait les abeilles et elles devaient emballer la reine, me retrouvant avec de nombreuses ruches bourdonneuses au début du printemps. Avec les lanières Apivar, le taux de bourdonneuses pour l'hiver dernier était de 2 %, acceptable comparé à l'utilisation du fogger.

 

Mais en attendant de poser mes lanières, il me faut retirer les dernières hausses de mes ruches, chose que j'espère pouvoir commencer dès demain.

Page d'accueil