LES RUCHERS D'ARGONNE

Céline GOBIN

Février 2006

 

Voir les autres mois:     Janvier 2006    Mars 2006    Avril 2006    Mai 2006    Juin 2006        Juillet 2006        Août 2006          Octobre 2006     

                                        Novembre 2006    Décembre 2006

Voir également les années précédentes:        Année 2007        Année 2008        Année 2009        Année 2010        Année 2011        Année 2012

 

Jeudi 2 février 2006

Matin

-1°C

Après-midi

1°C

 

J'ai commencé la matinée en téléphonant chez les établissements Thomas. J'ai commandé des cadres de corps filés que j'aurais dû avoir "normalement" courant janvier. Nous voilà début février et toujours rien. J'espère que je vais bientôt les avoir car j'ai près de 300 essaims artificiels en commande et j'aurais aimé les avoir ciré avant le début de la récolte de saule mi mars. Une fois que l'on commence la récolte des différents pollens, je n'ai plus bien le temps de rester à l'atelier pour cirer des cadres à longueur de journée.

Au niveau de la rénovation de mes cadres (voir mardi 31 janvier 2006), j'en ai fini avec eux. Cela faisait plusieurs années que je les mettais de côté. Du coup j'ai remis à neuf plusieurs cadres de corps et de hausse.

J'ai également commencé à filer quelques cadres de hausse. Je les file en zigzag cela les rend plus résistant. J'utilise pour cela une agrafeuse relié à un compresseur d'air. Les agrafes sont de 12 mm et divergentes pour mieux s'ancrer dans le bois (voir dossier Pose des fils).

Cadre de hausse filé  

Page d'accueil

 

Vendredi 3 février 2006

Matin

-3°C

Après-midi

0
°C

 

J'ai visité un rucher près de l'exploitation cet après-midi. J'ai soupesé quelques ruches pour me donner une idée de l'état des provisions à l'intérieur des colonies. Les colonies de ce rucher ont l'air d'avoir consommé quelques provisions depuis mon dernier passage le 2 janvier. En effet à cette date, je n'avais nourri que deux colonies sur ce rucher. Il me semble qu'il y aurait maintenant une dizaine de colonies à nourrir. Je pense nourrir au candi (Apifonda) dès lundi et ceci pour l'ensemble des ruchers.

Rucher "Martin Simon"

Le reste de l'après-midi fut consacré à la pose de cire gaufrée sur mes cadres de corps rénovés. Pour cela j'utilise un chargeur de batterie avec lequel je fais passer le courant dans chaque fil du cadre.    

                        Cadres de corps rénovés et cirés

    

Page d'accueil

 

Lundi 6 février 2006

Matin

4°C

Après-midi

7
°C

 

J'ai préparé ce matin la Kangoo 4x4 pour la visite des différents ruchers que je vais visiter cet après-midi. Aujourd'hui et demain seront les seules journées à peu près "chaudes" de la semaine. J'ai placé dans le coffre du véhicule plusieurs cartons d'Abeifondant (candi). L'Abeifondant est l'équivalent de l'Apifonda. Je l'ai commandé cette année en pain de 2 x 5 kg chez Api Alsace Distribution.

Candi en pain de 5 kg

Ce conditionnement est beaucoup plus pratique car il permet une meilleure découpe du candi à l'aide du lève-cadre. L'année dernière, je l'avais commandé en pain de 15 kg mais là il fallait avoir de bons biscottos pour s'amuser à le découper. Ce n'était vraiment pas pratique. Là je peux aisément découper des pains de 500g sans avoir peur de me tromper dans l'estimation du poids du pain de candi que je vais distribuer.

Pour cet après-midi, j'ai visité 6 ruchers, soupesé 221 ruches et nourrit 49 colonies.

Pose du pain de candi

Je suis plutôt contente pour l'ensemble de cette visite car les colonies nourries sont fortes et ne présentaient pas un manque important de provisions. Mon passage était plutôt préventif. Je ne veux pas me retrouver à la fin de l'hiver avec des colonies mortes de faim alors que j'aurais pu les sauver un mois auparavant. Il ne faut surtout pas oublier que la saison du saule est dans cinq semaines déjà !

A 18h30, j'avais rendez-vous à Châlons en Champagne avec mon syndicat apicole "L'Abeille Marnaise" pour préparer l'assemblée générale qui aura lieu le 18 février. Nous avons parlé de l'état des colonies qui semble bon, de la présence de varroa et de la mortalité des colonies qui semble faible pour l'ensemble des apiculteurs présents.

En matière de traitement varroa, pour ceux qui traitent à l'amitraze, j'aurais aimé savoir avec quelle molécule, ils effectuent leur contrôle pour voir l'efficacité ou non de l'amitraze. N'hésiter pas à me contacter à ce sujet !

 

Page d'accueil

 

Mardi 7 février 2006

Matin

3
°C

Après-midi

6
°C

 

Au programme cet après-midi, visite du reste des ruchers où je dois contrôler les provisions. En visitant un des ruchers, j'ai pu prendre une photo du développement des bourgeons des saules marsault. Nous sommes à peu près à 5 semaines de leur floraison.

Bourgeons de saule marsault

Je pensais que, malgré le froid que nous avons en ce moment, les bourgeons ne seraient pas encore ouverts mais je me trompe la nature avance même avec ce froid. Au niveau des noisetiers, c'est le calme plat pour l'instant. Au premier redoux, ils ne demanderont qu'à fleurir et constitueront les premiers pollens que les abeilles pourront aller récolter.

Fleurs de noisetier

Pour la visite des ruchers, il faisait un peu moins chaud que lundi mais de toute façon je n'ouvre pas les ruches bien longtemps. Juste le temps de donner un petit coup de fumée avec l'enfumoir pour retirer le nourrisseur, poser les 500g de candi sur la tête des cadres de corps au dessus de la grappe d'abeilles. Ensuite je repose l'isoruche sur le pain de candi, puis remets le nourrisseur à l'envers pour éviter que le toit de ma ruche soit de travers.

En tout j'ai visité 7 ruchers, soupesé 242 ruches et nourri 11 colonies. J'ai nourri beaucoup moins de colonies que la veille car les ruches étaient encore très lourdes. En prime j'ai un bon mal de dos du fait d'avoir soupesé tout ce petit monde !

Sur 476 colonies hivernées, j'ai perdu 11 colonies soit un pourcentage de 2,3% de perte. Ce n'est pas énorme, mais l'hiver n'est pas fini alors restons prudent. Je pense refaire un petit tour des ruchers d'ici quinze jours pour commencer à stimuler mes colonies pour la récolte du saule.

Page d'accueil

 

Jeudi 9 février 2006

Matin

-1°C

Après-midi

4°C

Pluviométrie

2 mm

 

Drôle de temps pour cette journée, un coup le soleil brille et peu de temps après voilà qu'il neige. La journée commençait bien car j'ai reçu un appel de l'entreprise Thomas. Ca y est, ils ont mes cadres de corps filés. Je dois dire que pour le prix (intéressant !), ils sont vraiment de très bonne qualité. Mr Delanoue, le responsable commercial, m'en avait donné 2 en échantillon. Quand j'ai vu le prix et la qualité, je n'ai pas hésité à passer commande. Pour une finition mi-bois, ils sont vraiment solides. Du coup, nous nous rendons Vincent et moi chez Thomas demain, chercher nos cadres, notre pompe à sirop et quelques bricoles.

J'ai aussi été livrée par l'entreprise Nicotplast de mes grilles à reine Dadant 10 en plastique. Je ne travaillais pas du tout avec les grilles à reine avant. Mais pour un travail plus soigné au niveau du miel et aussi pour éviter de perdre des reines au moment de la récolte, il m'est indispensable de travailler avec celles-ci. Je crois qu'au moment de la production d'essaims artificiels, je mettrais moins de temps à chercher mes reines. J'en entends dire que du bien. Il faut dire qu'elles ont de nombreux avantages: elles sont légères et mieux tolérées que les grilles à reine en métal qui sont froides.

J'aime beaucoup ce que fait cette entreprise en matière d'apiculture. Je travaille déjà avec leurs plateaux plastiques entièrement ventilés et je dois dire que pour obtenir un pollen propre pour ceux qui le récolte, il n'y a rien de mieux. Toutes les impuretés tombent au travers du plateau et le pollen reste propre dans la trappe à pollen.

Je sais que la ruche plastique Dadant 10 sort normalement pour septembre 2006. Il me tarde déjà de travailler avec quelques exemplaires !

 

Page d'accueil

 

Vendredi 10 février 2006

Matin

1
°C

Après-midi

4°C

 

Je prends le temps ce soir d'écrire quelques mots car nous venons à l'instant de rentrer de notre journée chez Thomas. Après 8 heures de trajet et la fatigue, je pense que le résumé de ma journée sera bref.

Nous sommes partis, Vincent et moi, ce matin à 7h30 pour aller à Fay aux Loges chez Thomas Apiculture. Le voyage s'est bien passé, nous avons croisé quelques radars mais avec le 4x4 Land Rover Défender 130 et la remorque de 4 mètres, nous ne risquions pas de nous faire avoir.

Land Rover Défender 130 + remorque de 4m

En effet ce 4x4 n'est pas fait pour rouler à des vitesses impressionnantes mais par contre il se défend très bien sur tous les terrains difficiles d'accès. Nous sommes arrivés à 11h45 et avons déjeuné dans un petit resto bien sympa nommé "La Jeune France".

A 13h30, nous sommes allés chez Thomas pour charger le 4x4 et la remorque. Nous avons chargé nos palettes de cadres de corps filés sur la remorque. Cela représentait un tas de petits bois impressionnants comme le montre la photo.

Chargement des cadres de corps

Le chargement des cadres dépassait les deux mètres, il a fallu tout sangler ce qui a pris du temps. Dans le 4x4, nous avons placé notre nouvelle pompe à sirop qui me facilitera bien la tâche quand sera venu le temps du nourrissement automnal des colonies et que Vincent sera reparti préparer ses champs en vue de les semer. Je vous parlerais de cette pompe plus en détail dans les prochains jours.

J'ai fait l'achat de six ruchettes en bois 6 cadres avec nourrisseur plastique (que je recevrais plus tard car non dispo). Je vais essayer à l'automne d'hiverner des essaims dans ces ruchettes et de créer un bloc de chaleur comme l'avait décrit Monsieur Jos Guth aux journées à Paris. D'ailleurs cela me fait penser que je n'ai toujours pas diffusé le compte rendu de cette journée sur mon site. Il faudrait que je fasse cela ce week-end ...

A l'avenir et en raison d'une demande plus que croissante d'essaims au printemps, j'envisage d'acheter davantage de ruchettes pour pouvoir vendre des essaims hivernés aux apiculteurs demandeurs. Je vous diffuserai dans les prochains jours des photos des ruchettes 6 cadres et du nourrisseur plastique.

J'ai fait l'acquisition d'un petit coffret de dossard numéroté pour marquer mes reines.

            Marquage des reines            Coffret de marquage

Ces dossards permettent de mieux voir les reines sur les cadres de couvain car ils sont de couleur assez voyante voir fluorescente. Le coffret est livré avec cinq cartes de cent dossards avec une couleur différente pour chaque année. En effet le marquage au feutre ne tient pas très bien car les abeilles ont tendance à lécher la reine pour retirer les traces de feutre sur son thorax.

J'ai déjà reçu des reines avec ce genre de pastille sur le dos et c'est vrai qu'elles tiennent très bien dans le temps. Le seul inconvénient, c'est qu'on ne peut marquer que cent reines sur une saison ce qui me contraindra certainement à faire l'achat de plusieurs coffrets.

Page d'accueil

 

Dimanche 12 février 2006

Matin

1°C

Après-midi

3°C

 

Comme convenu je vous fais part du compte rendu des deux journées passées à Paris à la conférence de Monsieur Jos Guth dont la réputation n'est plus à faire (voir Conférence Jos Guth Paris 2006). Pour ceux qui ne le saurait pas encore, Mr Jos Guth est éleveur et sélectionneur de reines origine Frère Adam en collaboration avec Mr Paul Jungels. Il est installé au Luxembourg non loin de la frontière française.

Monsieur Jos Guth

La conférence était des plus passionnantes et surtout très drôle. Monsieur Guth est non seulement un bon conférencier mais aussi il sait agrémenter ses conférences d'anecdotes et de touches d'humour qui ont vraisemblablement plu à toute l'assemblée d'apiculteurs présents.

Ce monsieur a grande réputation et sait rester simple et abordable. Il n'a pas hésité à répondre à toutes nos questions. Il était accompagné de Monsieur Florent Leg, apiculteur en Moselle. Monsieur Leg a été son stagiaire et il travaille également avec la race origine Frère Adam.

C'est un grand merci que j'envoie à Mr Guth pour ces journées passionnantes. Elles m'ont permis de remettre mes idées apicoles à jour et inciter à persévérer dans mon métier d'apicultrice.

 

Page d'accueil

 

Lundi 13 février 2006

Matin

1
°C

Après-midi

4
°C

Neige

6 cm

 

La journée a commencé sous la neige, la météo ne s'était pas trompée puisque le département était en vigilance orange depuis la veille au soir. Nos six centimètres de neige n'avaient rien à voir avec les 68 cm de neige tombés à New-York cette nuit !

Neige dans le jardin

Je suis allée à l'atelier cirer quelques cadres de corps et prendre quelques photos pour créer de nouveaux dossiers sur le site portant sur les différents composants de la ruche, la pose des fils et de la cire. J'espère pouvoir les mettre en ligne très bientôt.

Le CARI m'a envoyé aujourd'hui un marqueur à reine de couleur blanche (couleur de l'année 2006). Ce petit cadeau est fait à chaque apiculteur qui règle ses cotisations avant la fin d'année. Je trouve ce cadeau plutôt sympa et pratique.

Marqueur à reine

Le CARI est un centre apicole de recherche et d'information basé en Belgique. Il fait paraître une revue bimestrielle très intéressante à laquelle je suis abonnée. Cette revue s'appelle "Abeille et Cie". Les articles sont vraiment complets et très intéressants. En règle générale, il y a toujours une page sur l'apiculture du bout du monde qui nous fait découvrir une vision de l'apiculture autre que la nôtre.

Les températures de milieu et fin de semaine ont été revues à la hausse par Météo France, mais tout ceci avec de la pluie. J'espère pouvoir faire un tour dans mes ruchers entre deux averses, histoire de commencer à stimuler mes colonies en vue de la prochaine récolte de saule mi-mars.

Page d'accueil

 

Jeudi 16 et vendredi 17 février 2006

Matin

7
°C

Matin

11
°C

Pluviométrie

48 mm

 

Ces journées devaient être composées d'averses et d'éclaircies. Les averses n'ont pas été si fréquentes que cela car nous avons pu travailler correctement sur les colonies.

Il avait plu beaucoup pendant la nuit comme l'atteste la photo qui suit. Les pâtures, à certains endroits, étaient inondées dû au débordement des rivières. Depuis le temps qu'il nous fallait de la pluie, nous avons été servis. Mais il en faudrait bien plus car le département est touché par la sécheresse depuis l'été 2003 (année de la canicule). Depuis cet été 2003, nous avons enregistré très peu de précipitations et le déficit en eau s'observe très bien au niveau des rivières qui entourent les villages. A cette époque de l'année, l'eau est à un niveau très bas dans ces rivières, voir par endroit inexistant.

Pâture inondée

Nous sommes partis, Vincent et moi, aux abeilles vers 10h du matin. Le but du travail était de commencer à stimuler les colonies en vue de la future récolte de pollen de saule. Pour cela nous mettons à chaque colonie un pain de 500g à 1kg de candi sur la tête des cadres et au-dessus de la grappe d'abeilles. Dans la matinée nous avons fait deux ruchers. J'oubliais de dire que nous avions emmené notre petit ouvrier, notre fils Baptiste, qui aime par dessus tout enfumer les abeilles dans la ruche.  

                  Découpe des pains de candi           Futur apiculteur (?)     

Arrivés sur un rucher l'après-midi, nous avons pu constater le travail d'un blaireau. Cette bestiole avait retiré toutes les plaques de plancher qui me servent de lange pour contrôler les varroas mais aussi pour protéger les abeilles lors des grands froids. Toutes les plaques étaient retirées sans exception. Elles étaient toutes griffées et portaient les traces de la mâchoire de cette bête. Ce n'est pas la première fois que ce problème se pose. Cela fait déjà le second rucher. Les plaques sont parfois toutes déchiquetées. Je me demande si je continuerais à l'avenir à les utiliser ...

Plaque de fond de plancher

Après avoir stimulé toutes les colonies et remis toutes les plaques, nous avons visité en tout cinq ruchers sur l'après-midi. Nous avons ramené sur la journée dix ruches mortes.

La journée de vendredi fut consacrée au même travail. Nous avons visité six ruchers et ramené trois ruches mortes. Le nombre de colonies perdues est de 13 et le pourcentage de perte totale est de 5%. Je pense repasser dans les ruchers d'ici une quinzaine de jours pour refaire le même travail.

 

Page d'accueil

 

Samedi 18 février 2006

Matin

5
°C

Après-midi

9°C

Pluviométrie

8 mm

 

Je me suis rendue pour 9h à Châlons en Champagne pour l'assemblée générale de "L'Abeille Marnaise", mon syndicat apicole.

Le syndicat était représenté de gauche à droite: Mr Etienne Francis (président de l'Abeille Vitryate, syndicat de Vitry le François), Mr Helman Olivier (membre de la FRACA), Mr Bousser Charles (président de L'Abeille Marnaise), Mr Ferrand Jean-Marc (secrétaire de L'Abeille Marnaise) et Mr Hattat Noël (trésorier de L'Abeille Marnaise).

Notre président nous a relaté l'assemblée générale de l'an passé et non a averti d'une éventuelle résistance du produit Apivar en fonction des départements. L'alternative à cette résistance serait l'Apiguard ou l'acide oxalique (a utilisé hors couvain fermé). L'apparition d'un nouveau produit, dans les années à venir, serait fabriqué à partir de l'utilisation d'un champignon appelé "métarhizium". Ce champignon permettrait de lutter efficacement contre le varroa et de manière peut-être moins chimique donc moins dangereux pour la santé de l'abeille et de l'apiculteur. J'essaierais de vous parler plus en détail de ce champignon dans les prochains jours.

Mr Etienne Francis, invité par L'Abeille Marnaise, nous a fait part de sa journée technique qui aura lieu soit le 10 ou le 17 juin 2006 prochain. Cette journée portera sur un exposé de la firme Sygenta. Un éleveur ardennais viendra nous montrer sa technique en matière d'élevage de reine. Nous parlerons aussi de traitement varroa et consacrerons une partie de cette journée aux débutants (ouverture d'une ruche, pose des hausses, etc ...).

L'assemblée générale s'est clôturée par une tombola. Chaque adhérent reçoit un lot non négligeable (cire gaufrée, pots de miel, hydromel, baticadre, seau, enfumoir, etc ...).

Lots de tombola

Page d'accueil

 

Lundi 20 février 2006

Matin

1
°C

Après-midi

9
°C

 

La journée fut réservée au nettoyage des ruches mortes que j'ai ramené lors des dernières visites. En règle générale, j'effectue un premier nettoyage de la ruche dans le rucher même, ceci pour éviter que les abeilles moisissent davantage en attendant que je nettoie la ruche complètement sur l'exploitation.

J'ai relevé que j'avais eu beaucoup de perte sur des colonies qui se sont déplacées sur un côté de la ruche. Là les abeilles ont consommé toutes les réserves alentours et n'ont pas pu ensuite se déplacer de l'autre côté de la ruche. Elles se sont donc retrouvées sans nourriture alors que l'autre côté de la ruche était plein de réserve.

J'ai relevé également quelques ruches bourdonneuses qui avaient échappé à mon attention à l'automne.

J'ai préparé ces ruches en vue de faire de futurs essaims artificiels destinés à l'exploitation. Pour cela je mets la ruche sur 5 cadres: 1 cadre de provision et 4 cires gaufrées (2 cires gaufrées seront remplacées par 2 cadres de couvain fermé et les 2 autres pour la construction de l'essaim). Les 5 autres cires gaufrées seront rajoutées dans le courant de la saison.

J'ai vu que, cette fois-ci, tous les noisetiers étaient en fleur. Les premiers ont fleuri il y a une semaine environ. Malheureusement il fait trop froid pour que nos abeilles aillent les butiner.

Noisetier en fleur

Dans l'édition de l'Union (journal régional) d'aujourd'hui, il est paru un article sur l'assemblée générale de L'Abeille Marnaise voir l'article ici .

 

Page d'accueil

 

Jeudi 23 février 2006

Matin

2
°C

Après-midi

4°C

 

J'avais rendez-vous ce matin à Courtisols avec Mr Auperin (apiculteur) et Mr Appert pour démonter un abri de rucher. Cet abri était trop vieux et menaçait de tomber. Mr Appert voulait bien me céder l'emplacement mais ne voulait pas garder l'abri qui représentait un danger permanent.

Abri de rucher couvert

Pour cela nous étions à quatre personnes pour détuiler l'abri et démonter les chevrons. Nous  avons passé deux heures à démonter entièrement l'abri et vers 11h30 le travail était fini.

Abri détuilé

J'ai, par la suite, visité deux autres emplacements que je pourrais aménager pour y mettre de futurs essaims. En tout, cela me fait 3 nouveaux emplacements. Je tiens à ce sujet à remercier Mr Auperin et Mrs Appert pour leurs accueils, leurs services et leurs aides.

J'ai passé le reste de l'après-midi à cirer mes cadres de corps à l'atelier et pris quelques photos pour terminer d'achever les dossiers suivants Pose des fils sur cadre et Pose de la cire gaufrée. Ils sont désormais en ligne.

Page d'accueil

 

Vendredi 24 février 2006

Matin

0°C

Après-midi

6°C

 

La journée fut vraiment froide dû au vent. J'avais du mal à croire qu'il a fait 6°C dans l'après-midi.

J'ai commencé la journée par la protection du bois de mes ruchettes 6 cadres Dadant. J'ai soufflé les ruchettes, à l'aide d'une soufflette reliée au compresseur d'air, pour retirer un maximum de poussière de sciure. Ceci permet au produit de mieux pénétrer dans le bois.

La préparation, que j'utilise pour protéger le bois, est de l'huile de lin et de l'essence de térébenthine.

Huile de lin et essence de térébenthine

J'ai appris cette technique de protection du bois lors des journées Jos Guth à Paris au mois de janvier (voir archive du 12 février 2006). Apparemment cette protection permet au bois de mieux résister dans le temps et de garder des ruches en parfait état. On peut par la suite peindre les ruchettes au Thermopeint.

La préparation est composée de 50% d'huile de lin et de 50% d'essence de térébenthine. Pour tremper mes ruchettes, j'utilise un toit de ruche tôlé de 105 mm de haut. Je peux y verser facilement 5 litres de chaque produit. Il convient de faire ceci dans un local bien aéré voir même dehors car l'odeur de l'essence de térébenthine monte vite à la tête ( il ne faudrait pas que l'apicultrice tombe comme une mouche !). Le port de gants est recommandé pour l'usage de l'essence de térébenthine.

Je trempe ensuite chaque côté de ma ruchette dans le mélange. Je compte 15 minutes par côté, le temps que le produit pénètre bien dans le bois.

Ruchette trempant dans le mélange                Rotation des côtés tous les 15 mn

Je fais la même chose pour les planchers aérés. Le mélange donne ensuite un bel aspect au bois et sèche assez rapidement.

Ruchette protégée par le mélange

Le trempage des ruchettes est un peu long mais il en vaut apparemment la peine. Pendant les rotations de côté, j'étais occupée à cirer mes cadres de corps.

Pour info: j'ai utilisé, en tout pour 4 ruchettes, 5 litres du mélange. Je poursuivrai l'opération dans les prochains jours pour les deux ruchettes restantes ainsi que les planchers.

J'ai aussi reçu, dans ma boîte aux lettres ce matin, un courrier d'un CAT de l'Aisne, à Chauny. Ce CAT m'a fait parvenir un tarif pour des ruches et ruchettes à des prix très compétitifs (voir le tarif ici).

Page d'accueil

 

Dimanche 26 février 2006

Matin

-2°C

Après-midi

1
°C

 

Je profite de ce dimanche matin pour vous faire part du témoignage d'un apiculteur de l'Yonne, Mr Bonjour apiculteur installé sur 400 ruches. En parcourant mon site, il a remarqué que j'envisageai d'hiverner des essaims sous forme de bloc de chaleur (façon J. Guth). Voici son mail qui pourrait intéresser des apiculteurs cherchant à hiverner des essaims: " Concernant l'hivernage des ruchettes, cela fait deux ans que je pratique le bloc de chaleur (2 ruchettes groupées) avec d'excellents résultats (très peu de perte 3 à 5 % et un excellent développement printanier). Les ruchettes sont constituées au 15 juillet avec une cellule royale et dès la mise en ponte des reines, elles sont nourries au sirop à la dose de 1 puis 2 litres de sirop jusqu'au 30 septembre. Le 2e corps est posé fin août (voir photo ci-jointe). Les ruchettes comptent de 5 à 7 cadres couverts d'abeilles en novembre et sont aujourd'hui grappées sur 5 cadres. Pour info, j'exploite des langstroths et les ruchettes sont des 5 et 4 cadres car les planchers et toits sont ceux de ruches standards. L'un de mes collègues, situés en Côte d'Or au bord du plateau de Langres, a mis cet hiver ses ruchettes Dadant en bloc de chaleur par 5 avec jusqu'à aujourd'hui de bons résultats."

Bloc de chaleur

Je ne manquerai pas de prendre connaissance de la fin de l'hivernage de ses ruchettes courant avril car comme je le disais la demande d'essaims est plus qu'importante et pour faire face aux demandes, j'envisage d'hiverner des essaims ces prochaines années.

J'ai fini de traiter le bois de mes 6 ruchettes cet après-midi (voir archive du 24 février 2006). Il me reste donc les planchers aérés en bois à traiter.

J'ai commencé également à cirer mes cadres de corps achetés chez Thomas. Les cadres sont filés verticalement et sont très pratiques à cirer vu que le fil passe en plein milieu de la rainure de la tête du cadre. Je n'en reviens toujours pas de leur robustesse. J'ai pris, cette année, des cadres de corps déjà filés car en raison du nombre d'essaims commandés, je n'aurais jamais eu assez de tout l'hiver pour le faire.

    Cadre de corps Thomas                    Cadre de corps Thomas ciré  

 

Page d'accueil